Carayol.org

Where the sailor spends his hard-earned pay

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Véronique Ovaldé, Et mon cœur transparent, 2008

 

Le goût des choses instables

 

Tout commence par l'histoire d'un amour fou entre Lancelot et Irina : le premier est journaliste et correcteur, il est marié à une femme avec qui il s'ennuie, n'a plus de vie sexuelle, la seconde est documentariste animalière, passionnée par les espèces menacées. La mort d'Irina, quelques années après leur mariage, est annoncée dès le début du roman, avant un retour sur leur rencontre ; on s'intéresse ensuite aux mystères qui entourent la mort d'Irina, toujours plus nombreux au fil de la lecture. Lancelot prend conscience que sa femme lui cachait ce qui faisait vraiment le sel de sa vie, son engagement politique radical dans un obscur mouvement écologiste confinant au terrorisme. Elle lui cachait également l'existence de nombreux hommes occupant une place importante dans sa vie : l'un d'entre eux se fait passer pour un simple voisin aux yeux de Lancelot mais est en fait un ancien amant d'Irina, et son principal acolyte dans le cadre de ses activités proto-terroristes. Un autre homme, amoureux d'Irina de longue date, se met en contact avec Lancelot après la mort de celle-ci et se fait passer pour son père, censé être mort. Lancelot est embarqué dans des aventures étranges, qu'accompagnent en filigrane d'incompréhensibles disparitions d'objets domestiques, qui font douter Lancelot de sa santé mentale.

Ce livre concis a un côté très dickien, et son intrigue est plutôt enlevée ; le mystère est habilement préservé pendant la plus grande partie de la lecture. On y trouve, comme dans la plupart des romans français d'aujourd'hui, certains tics d'écriture censés "faire moderne", rarement d'une grande nécessité (n'est pas Volodine qui veut), mais ici ils sont plutôt de bon goût et ne gâchent donc pas le plaisir de la lecture.