Carayol.org

Where the sailor spends his hard-earned pay

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Ernst Lubitsch, Le Lieutenant souriant (The Smiling Lieutenant, 1931)

(Cinémathèque, 24 septembre)

Il n'y a plus à tergiverser : ce film compte bien parmi mes films préférés ! Je l'avais vu une première fois dans l'ancienne Cinémathèque il y a une dizaine d'années, à une époque où je me pâmais d'amour pour Miriam Hopkins et où je supposais donc que mon jugement pût être quelque peu diminué par cette folle passion. Aujourd'hui revenu des hauteurs d'icelle, je puis me montrer plus impartial. Mais en l'occurrence, rien à faire : ce film est un chef-d'œuvre. Il nous raconte l'histoire du lieutenant Niki (Maurice Chevalier), un fringant officier viennois amoureux d'une petite joueuse de violon, Franzi (Claudette Colbert), mais qui par accident, lors d'une parade organisée en l'honneur du roi de Flausenthurm (un royaume de poche fictif aux portes de l'Autriche), outrage la princesse de Flausenthurm, Anna, (Miriam Hopkins) en lui faisant un clin d'œil. Des difficultés s'ensuivent, la princesse étant une petite vierge sotte qui finit par exiger d'épouser Niki malgré qu'il en ait. Une fois marié de force, Niki fait la grève du sexe, désespérant la princesse Anna et le roi son père. C'est finalement Franzi qui trouvera un moyen d'intéresser lubriquement Niki à sa royale moitié.

En parlant de Parade d'amour, j'avais évoqué deux faiblesses : un problème de rythme, avec des passages un peu longs, et des chansons mièvres mal foutues. Le Lieutenant souriant gomme ces défauts : le rythme est trépidant, et les quelques chansons sont de petits bijoux, hilarants en soi ! C'est parfait de bout en bout, et bourré de scènes inoubliables (la séduction de Franzi, la nuit de noces au château, la transformation de la princesse...). Un des nombreux films de Lubitsch où éclate son génie de metteur en scène et de directeur d'acteurs. Et ce travelling arrière sur Miriam Hopkins dans les couloirs de son château... Le paradis.